Faites le test : Suis-je authentique ?

TEST : suis-je authentique ?

L’authenticité est un vrai concept de changement sociétal, car plus beaucoup de choses ne semblent plus VRAIES dans notre société. Les médias, la politique, l’entreprise, les liens humains sont comme l’océan pollué, encombré de milliers de débris. Les non-dits,  le mensonge sont une source inépuisable de mal-être. Et si nous revenions à la sincérité ? Pour cela, encore faut-il être authentique avec soi pour l’être avec les autres. Allez, un test ludique pour faire le point !
(Notez le nombre de zip, flash, bip).

1. Lorsque mes ami-es ou ma famille proposent une sortie que je n’apprécie pas beaucoup :
Zip Je ne suis pas disponible à cette date et j’explique pourquoi.
Flash Je décline gentiment.
Bip Je ne vais pas refuser après le mal qu’ils se sont donnés pour organiser la sortie.

2. Dans les réunions ou échanges au travail, le Chef fait des propositions qui sont pour moi illogiques :
Zip Je vais en dehors de la réunion chercher un autre moyen pour lui donner mes idées.
Bip Je fulmine à l’intérieur, mais je préfère ne rien dire car le Chef est trop énervé.
Flash Je dis, lors de la réunion la plupart du temps, ce que je pense calmement avec des arguments pondérés.

3. Mon/ma conjoint-e a des comportements peu habituels ces dernières semaines :
Bip J’attends le bon moment pour lui en parler, ce « bon » moment ne viendra peut-être jamais.
Flash Je lui fais part de mes observations afin d’engager une discussion.
Zip Je lui fais comprendre que je ne suis pas contente (Je fais la tête ou ne répond pas à ses questions).

4. J’ai rencontré un-e amoureux-se il y a 5 mois :
Bip Je respecte son intimité en évitant de lui poser des questions personnelles, c’est trop tôt.
Zip Je « googelise » son nom.
Flash Je parle ouvertement de moi, il en fait de même.

5. Je ne vais pas bien moralement :
Zip Je respire un bon coup, je met un joli sourire sur mon visage et go !
Flash Je ne fais pas porter mon mal être à la terre entière, mais bon je dis quand même « pas la grande forme en ce moment ».
Bip J’évite de sortir ou faire des activités en groupe. Au travail, je ne vais pas boire le café.

6. Je décide de quitter mon/ma conjoint-e :
Flash Je sais que ça va le/la blesser, j’ai le cœur serré en lui parlant.
Bip Je lui écris une longue lettre avec bienveillance en lui donnant des explications qu’il/elle pourra lire tranquillement, c’est mieux pour lui/elle.
Zip Je vais laisser des indices pour qu’il/elle comprenne ma décision, ça va le/la préparer psychologiquement.

7. Un-e ami-e ne me donne pas de nouvelle depuis quelques semaines :
Flash Je l’appelle en lui demandant ce qui se passe.
Bip J’attends qu’il/elle m’appelle, je ne veux pas le/la déranger.
Zip Je m’inquiète auprès de son/sa conjoint-e ou les ami-es communs pour savoir comment il/elle va.

8. Au restaurant, au moment de l’addition, c’est toujours les mêmes qui ne participent pas :
Bip Je règle avec un noeud à l’estomac.
Flash Je dis que j’ai passé un bon moment et que je me sens déçu-e par le fait que certain-es n’offrent jamais le repas.
Zip Je paye et décide fermement de ne plus aller au restaurant avec eux.

9. J’ai eu une dispute avec une personne que j’apprécie :
Zip Je laisse quelques jours pour lâcher prise et je lui écris un mail/sms en lui exprimant mes ressentis.
Bip Confiant-e, le temps fait bien les choses, je sais que ça va s’arranger d’ici quelques semaines.
Flash J’attends quelques jours et je l’appelle, je lui dis que j’ai eu mal au coeur.

10. Je n’aime plus mon travail :
Bip Il me fait gagner l’argent et il y a des jours où ça se passe bien.
Flash J’ai peur de changer.
Zip En fait, l’ambiance est pas top et la direction pas du tout à la hauteur.

11. Je dors chez des ami-es et il fait froid :
Flash Je demande à augmenter le chauffage.
Zip Je vais chercher un pull dans ma voiture.
Bip Le froid, ça conserve.

Comptez le nombre de bip, zip, flash. Je vous invite à lire tous les « maximum de bip, zip et flash » dans l’ordre afin de mieux comprendre ce qu’est l’authenticité et  l’intérêt de cheminer vers elle. En vous situant avec le nombre de bip, zip ou flash, vous saurez mieux le chemin à parcourir par parvenir à la sincérité avec vous-même et les autres. 

NB : Le féminin est utilisé pour exprimer « la personne x ».

Maximum de bip : l’ignorante

Pourquoi ignorante? Parce que la personne ignorante a oublié qu’elle a des désirs et des besoins et donc elle ne les écoute pas puisque selon elle, ils sont inexistants ou ne méritent pas d’être entendus (inconsciemment), ceci avec une intensité variable selon les individus et également selon les sphères de vie (Travail, couple, ami-es, loisirs etc.). En fait, elle est dans le déni et adopte des comportements de déni. Elle se ment à elle-même. Ce n’est donc pas que la personne ignorante ne parvient pas à formuler ses avis et besoin, c’est qu’elle a pris l’habitude de s’aider des autres et des situations pour diriger sa vie. A des degrés plus ou moins intenses chez chacun, la personne ignorante, est capable de supporter des situations intolérables au péril de sa santé, en se racontant des histoires à elle-même « ça va s’arranger », « J’attends le bon moment », « C’est pas grave » « Il est pas si méchant » etc.  (Voir article Le syndrôme du caméléon).
Elle est incapable d’affronter la situation et de prendre sa responsabilité, c’est surtout qu’elle NE voit PAS la situation avec clarté. Elle donne ainsi son pouvoir de choix, d’action, de vie aux autres. Le simple fait de demander à augmenter le chauffage ne lui vient pas à l’esprit la plupart du temps.
Plusieurs raisons à ce comportement : la création de l’égo ou du « JE » ou prise d’autonomie dans l’enfance ne se sont pas réalisées correctement, ainsi la personne se maintient dans une « dépendance » aux parents, qui, adulte, deviendront une autorité subliminale au sein de son environnement social (Conjoint-e, personnes de pouvoir tels que chef-fes, ami-es etc.).
Attention : c’est elle qui choisit les personnes à qui elle donne du pouvoir en fonction de ses propres critères très personnels (Critères physiques, psychologiques, financiers, statut social, intellectuels, culturels , familiales, genres etc.). Elle fait preuve de beaucoup d’immagination pour s’inventer des persécuteurs.
Les causes d’une non-individuation sont multiples :
– la fratrie où le parent peine à percevoir son enfant dans sa singularité, le « JE » est annihilé,
– l’enfant unique choyé qui veut encore maintenir sa sur-puissance et a besoin encore d’être guidé,
– l’endoctrinement (idéologie, religieux, sectaire etc.),
– le parent décide avec autorité de l’avenir de son enfant (« Tu deviendras médecin »),
– moqueries, humiliations dans le cadre scolaire, universitaire, service militaire,
– les traumatismes de violences physiques et psychologiques (Maltraitance, abus, accident, manipulation etc.) qui créent une fracture du MOI, ne pouvant alors pas donner son avis ou exprimer ses besoins par peurs de représailles, conflits (positionnement de victime).
De manière générale, psychologiquement, la frontière avec soi et autrui n’est pas claire.
Il s’agit alors, pour un retour au bien-être, de cheminer vers la « re-construction » de son pays MOI et ainsi devenir autonome.
Comment ? Il me paraît assez inutile de forcer le pas. La technique comportementale seule pourrait heurtée la personne « ignorante », étant donné qu’elle ignore ses attitudes qui lui sont familières et donc rassurantes. Lui apprendre à dire « non » pourrait être un exercice trop violent.
L’ignorant-e a d’abord besoin de prendre conscience de son déni, de ses attitudes. En retrouvant ses désirs premiers par un ancrage corporel déjà, une écoute émotionnelle, en marquant ses frontières personnelles internes et externes, en repérant les personnes à qui elle donne du pouvoir (souvent il y a un déclic ici), elle pourra devenir authentique avec ses désirs et les formuler à tous. C’est un processus qui demande du temps et qu’il est préférable de faire accompagné-e dans ce cas-là.

Maximum de zip : la manipulatrice

La cause profonde du manque d’authenticité de la personne manipulatrice sont les mêmes que celles de l’ignorante. La différence est la prise de conscience qu’elle est une personne unique et en tout cas qu’elle souhaite l’être, que sa singularité a besoin de s’exprimer à soi-même et aux autres. Mais son individuation n’est pas complète. De soi à soi, la manipulatrice entend ses désirs et veut les exprimer. En revanche, dans certaines situations en LIEN avec les autres, elle peine à le faire naturellement.
NB : En générale, la personne manipulatrice aime, a besoin, d’être seule car c’est dans ces moments-là qu’elle peut se vivre en total adéquation avec elle-même, sans contrainte, en toute liberté car lui demander de s’affirmer et d’être authentique en société lui demande encore des efforts et de l’énergie. Seule, elle se ressource et c’est une des raisons non négligeable de son besoin de solitude.
La personne manipulatrice peut être dans plusieurs situations :
– soit, comme l’ignorante, elle ne sait pas écouter ses propres désirs (même si elle sait qu’elle en a) mais elle ne veut pas non plus se soumettre aux désirs d’autrui,
– soit, elle a conscience qu’elle a des désirs, des avis, des besoins mais elle a peur de les formuler aux autres. Plusieurs raisons à cette attitude : elle ne sait pas bien s’exprimer parce qu’elle peine à trouver ses mots (personnes hypersensibles ou zèbre), qu’elle a peur de se sentir ridicule, et également elle a peur de la réaction de l’autre (de blesser, d’être rejetée, du conflit etc.).
La manipulatrice est devin (!), elle pratique avec brio la « lecture de pensées« , c’est-à-dire qu’elle prédit les réactions de l’autres bien à l’avance ! Elle est trop forte la manipulatrice : parmi des milliards d’individus et donc de situations, elle sait parfaitement comment dans telle situation, telle personne va réagir !
« Ah mais c’est sûr si je dis à mon patron que je veux travailler à mi-temps, il va me prendre pour une fainéante ».
= évidemment, c’est une belle technique de peur anticipative et donc de protection.
La manipulatrice va devoir cesser son petit jeu de devinettes et ça risque de lui demander un grand effort pour se départir de cette habitude ! Son authenticité passera par ECOUTER SON BESOIN à elle, SES EMOTIONS à elle, ses IDEES à elle, et de les exprimer de façon claire et d’attendre patiemment la réaction de l’autre. 
La Communication Créative est une bonne technique. Avant l’article dans le blog de l’école du soi (prochainement), je recommande cet ouvrage « Les mots sont des fenêtres ou bien des murs » Marshall Rosenberg. Et aussi : Yvon Delvoye « La force de l’amour dans la Communication Créative »

Maximum de flash : l’authentique

La personne authentique est la plus heureuse évidemment. Pour quelle raison ? Parce que se dire la vérité est source de bonheur, se mentir est source de mal être ! L’adage qui dit que « Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire » a sa raison d’être, cependant, il ne doit jamais demeurer le maître.
Dans de nombreuses situations de mal être personnel : l’origine est souvent un désaccord avec soi. Dans de nombreux conflits avec autrui : l’origine est souvent un mensonge, une contre-vérité ou un non-dit.

L’authentique vit en accord avec ses rêves, ses besoins, ses désirs, sa notions du respect et ses valeurs. L’authentique est une personne autonome (qui vit selon ses propres lois) individuée car consciente de son unicité et donc de l’impact de ses pensées et actions sur son environnement. Elle sait que son unicité fait qu’elle est différente et donc elle a forcément quelque chose à  apporter au monde. Sans être Gandhi ou Mère Thérésa, l’apport de chacun est de toute façon important et utile.
Exprimer (et non pas imposer) ses points de vue qu’ils soient différents ou non de ceux des autres, est fluide et naturel.  Dès qu’une situation désagréable ou perturbatrice se présente, l’authentique fait le point avec elle-même, puis va parler avec l’autre afin de dénouer ou trouver un accord commun. Elle sait bien entendu accueillir la critique et prendre du recul sur celle-ci. La vie s’en trouve facilité et le bien-être est au rendez-vous !
Félicitation à vous et continuez sur la voie de la sincérité, vous n’en serez que récompenser.

N’hésitez pas à me faire part de vos résultats en commentaires ci-dessous ou sur Faith-book

Pour continuer sur le chemin de l’authenticité, lisez l’article dans la prochaine newsletter (Inscrivez-vous pour recevoir l’article directement dans votre boîte courriel) : « Comment agir en toute authenticité ? ».

L’école du soi continue de distiller ses connaissances en toute authenticité 🙂
Car se connaître, c’est vivre libre !

Pour des séances individuelles : contactez bienvenue(a)ecoledusoi.com

Par |2018-09-05T12:32:03+00:00septembre 3rd, 2018|Blog|1 Comment

Un commentaire

  1. TRAINI Christine 4 septembre 2018 à 13 h 34 min

    Super ton test Sandrine !
    Très belles analyses, sans juger, en donnant des pistes, pour s’en sortir des non-dits, des choses que l’on retient et qui nous bouffe de l’intérieur
    J’espère que tu vas bien et que tu as passé de belles vacances  »ressourssantes »  »reboostantes »…
    Bisous de Christine

Les commentaires sont fermés.