Le fabuleux pouvoir de l’écriture

J’ai participé à un atelier d’écriture animé par l’auteur à succès Bernard Werber. Ce fut fort instructif. J’y ai fait de magnifiques rencontres, j’en ai déduit que l’écriture avait une sorte de pouvoir universel d’unir les âmes. Bernard Werber est très généreux d’informations, il a expliqué le chemin rigoureux que demande l’écriture d’un roman et celui plus laborieux de le publier ! En tant que thérapeute, cet atelier m’a inspiré l’idée de sensibiliser mes (nombreux-ses) lecteurs et lectrices sur l’écriture comme outil thérapeutique.

Depuis l’enfance, j’ai toujours écrit : journaux intimes, lettres, histoires, philosophie, sketchs comiques… J’ai découvert avec surprise que je savais écrire des pièces de théâtre avec une facilité déconcertante. J’invente des personnages et leur vie se déroule sous mes doigts. J’ai ainsi écrit 7 pièces de théâtre jouée à Paris et en Suisse.
Les mots m’ont toujours suivi, jusqu’à l’ouverture de ce blog. Je sais bien que les blogs vidéos remportent plus de succès que l’écrit, s’adaptant davantage aux technologies, aux vies trépidantes et à l’information rapide et éphémère. Cependant, il me paraît important de ne pas seulement se nourrir de vidéos. Prendre le temps de lire, à son rythme, de sentir ce que telle ou telle phrase provoque en soi a un impact différent, peut-être plus intime. C’est pourquoi je continue le blog écrit, même si je viendrai certainement à la vidéo.

Allier écriture, lecture et vidéo permet de maintenir en éveil tous nos sens.

Et si nous étions tous/toutes auteur-es ?

Ce que j’apprends chaque jour en tant que thérapeute et qui m’a été confirmé lors de l’atelier d’écriture, c’est que nos vies sont des romans. Toutes, sans exception ! Il n’y en pas une seule qui ne soit pas incroyable. Si votre voisin, votre conjoint, votre patron vous racontaient les détails de leur vie, vous décrivaient leurs visions du monde, leurs ressentis, leurs angoisses et leurs joies, vous pourriez très vite vous sentir basculer dans un roman de Victor Hugo ou de Stephen King (Dépend de l’ambiance générale).
Même sans être publié-e, ni lu-e, pourquoi ne pas commencer à écrire un bout de votre vie ? Vous pourriez constater à quel point vous vivez beaucoup d’événements, de sensations, de déceptions, de joie. Même si votre vie vous paraît monotone, en l’écrivant, vous constateriez à quel point elle ne l’est pas. Et pourquoi ? Parce qu’en apparence, elle peut vous sembler banale. Mais en vous, c’est un maelström de sensations, d’émotions et de pensées. Et c’est précisément ce qui est riche et passionnant. Vous, seul, avez ses ressentis-là et cette vie-là.
Testez : écrivez vos dernières vacances, votre dispute avec votre conjoint, votre journée de travail, et constatez que vous êtes un héros/une héroïne !

L’écriture thérapeutique

Nous vivons tous des périodes difficiles, des situations douloureuses, des choix cornéliens à faire. L’écriture est un formidable outil pour éclaircir les situations. Les ami-es, le/la thérapeute, la familles, sont là pour écouter, guider, conseiller, mais faire du « ménage en soi » seul est aussi un bon remède pour trouver ses propres solutions.

Les mots sont des contenants visibles, audibles qui transportent, invisibles,
nos émotions, nos intentions, nos désirs cachés et par delà, notre histoire.
Ainsi, déposer ses mots sur papier, c’est aussi déposer son âme. 

Évacuer ses émotions

Je l’ai dit et redit dans le blog de l’école du soi, exprimer ses émotions et les vivre pleinement est source de bien-être et de sérénité. (Lire l’article Comment faire pour être heureux/se ?) Quand le boss vous traite mal ou ne reconnaît pas votre valeur, dans la réalité, il est difficile de lui dire ses quatre vérités. Mais sur papier, rien ne vous empêche de le traiter de « lombric gluant », de « gras du cul » ou encore de « couille rétrécie ». Personne, absolument personne ne vous en voudra et je vous assure que c’est très libérateur. Le lendemain quand vous allez au travail, plutôt que d’être frustré-e ou en colère, vous sourirez intérieurement en pensant aux petits noms dont vous l’avez affublé et dont seul-e vous avez le secret. Na !

Rêver

Ecrivez-vous un personnage aux pouvoirs magiques. Marvel n’a qu’à bien se tenir. Imaginez que vous êtes « super-spider-thor-woman/man », collé à l’immeuble du voisin qui crie en visionnant ses matchs de foot, que vous l’effrayez en sautant dans son salon, et que vous l’emmaillotez dans une toile d’araignée. Et surtout avant de vous élancer dans le vide, éteignez son poste de TV pour qu’il ne voit pas le but gagnant de son équipe préférée. (Piquez-lui un morceau de pizza peperoni en partant).

Rêver de se sentir sur-puissant-e, se trouver des capacités sur-dimensionnelles est très bon pour son développement personnel. Nous avons tellement l’habitude de nous percevoir « petit », si « petit » (surtout moi et mes 1,55 mètres :). Nous avons toujours beaucoup plus de ressources que nous ne le pensons. En les imaginant et en les écrivant, c’est comme créer une réalité, une sorte de matérialisation sensorielle « Je me sens fort-e ». Cela permet d’augmenter la confiance en soi et par là, son potentiel d’action.

 

Ecrire : un moment solitaire

L’acte d’écrire est solitaire. « JE » est seul-e devant son papier. C’est ainsi l’occasion de faire silence pour écouter son bruit intérieur et noter les sons de ses émotions. Ce n’est pas toujours aisé. Nous n’avons pas toujours envie de prendre conscience de nos états intérieurs (Peurs, colères, frustrations, culpabilités). En les écrivant, l’effet désagréable diminue automatiquement. Ecrivez alors : quelle situation je vis ? Qu’est-ce que j’ai fait ? Qu’est-ce que les personnes m’ont dit, fait ? Qu’ai-je ressenti ? Qu’est-ce que je veux maintenant ?
J’ouvre des portes en moi et peut-être y découvrirais-je de belles choses…

 

Comment écrire pour guérir ?

Sans aucune réflexion. Aucune. Je fais le vide dans ma tête, j’écoute mon coeur et je laisse mes doigts glisser sur le clavier ou ma main sur la feuille. Si, avec les autres, je m’astreins à un civisme de respect, lorsque j’écris pour me libérer, aucun civisme, aucune règle, aucune pudeur n’est de mise. Je suis MOI, dans toute mon horreur et ma splendeur. Je m’en fiche du style, des mots, des fautes d’orthographe (désolée Christophe B. :), je vis une liberté de mots. Et ça fait un bien fou !
En confiant mes peines et mes joies à ma feuille, mon esprit se libère et peut alors s’envoler vers des sphères paisibles.

Et non, ce n’est pas parce que je ne suis pas lu-e que c’est inutile. Il n’y a pas d’acte sans impact sur notre Terre. Vos écrits, vos vibrations en écrivant ont forcément un impact quelque part, sur vous déjà, dans un futur, dans des galaxies lointaines, qui sait ?

A vos papiers et vos stylos !

———

Les accompagnements thérapeutiques et enrichissants de l’école du soi : bienvenue@ecoledusoi.com
Se connaître pour vivre libre !

Join me on facebook et faites-moi part de vos expériences d’écriture !

Par |2018-05-23T19:13:54+00:00mai 23rd, 2018|Blog|Commentaires fermés sur Le fabuleux pouvoir de l’écriture