Notre vie n’est de loin pas un long fleuve tranquille, n’est-ce pas ? Voici un outil simple et efficace, basé sur l’observation et inspiré par la Roue d’Hudson, pour vous aider à y voir plus clair :

« l’échelle d’évolution » 

Phase « Tout va bien » : Ma vie va bien 🙂 Mon moral est bon. J’aime mon environnement et ce que j’y fais. Je suis dans l’action.

Phase « Je réalise » : J’ai des moments où je ne me sens pas très bien, je ne suis pas vraiment épanoui(e). Je me sens confus(e), parfois irrité(e) ou encore apathique et je ne sais pas très bien pourquoi. Il n’y a pas forcément eu un évènement marquant mais je ne peux pas dire que je me sens au mieux de ma forme.
C’est dans cette phase que l’on peut ne pas entendre la petite voix qui dit « bof  » et alors on se raconte des histoires « J’ai tout ce qu’il me faut, tout va bien » ou encore « Il y a des personnes plus mal que moi ».
C’est ici dans l’idéal qu’il est bon de se poser et se questionner. Mais parfois (souvent) pour réagir, il faut attendre…

Phase « Je suis mal » : Rien ne va plus. Je me sens fatigué(e). Je n’ai plus envie de grand chose, je me replie chez moi. Ou alors je suis irritable. Souvent des douleurs corporelles arrivent. Le sommeil est perturbé.
= Il existe de multiples indicateurs qui permettent suffisamment tôt de tirer la sonnette d’alarme. Ecoutez-vous !
Parfois, un événement marquant qui peut être douloureux survient. Il fait alors réagir (Licenciement, maladie, accident etc.).
Mais que se passe t-il ? Bien souvent les phases transitoires, soit réveillent des douleurs passées, soit indiquent que nous ne vivons pas en cohérence avec nos désirs et valeurs. Mais lesquels ?

Phase « Je saute » : Je ne veux plus de cette situation. Stop ! Je ne sais pas trop comment m’y prendre mais je sais que je veux changer des choses. Je commence à entrevoir des solutions. Et c’est alors que j’apprends à modifier mon regard, à trouver une nouvelle organisation à la fois intérieure et extérieure.
Ce n’est pas la phase la plus aisée car elle demande de CHANGER, que ce soit des choses matérielles, des comportements personnels ou des visions de soi et des autres. Cette phase demande parfois de regarder en arrière, revenir sur des souffrances du passé pour les apaiser. C’est pourquoi, être accompagné(e) permet d’éclairer plus vite la situation et d’aller plus sereinement droit au but.

Dans la phase « je saute », y aller à deux, en tout cas, soutenu, est gage d’efficacité, car le manque de lucidité, l’orgueil ou la peur ne sont certes pas les meilleurs conseillers.

Relativement à l’accompagnement, chacun aura ses idées :
– certain feront immédiatement appel à une personne externe (Thérapeute, coach, école du soi :). Comme lorsque vous avez besoin de soin médicaux, vous allez chez le médecin ou encore lorsque vous voulez construire une maison, vous faites appel à un spécialiste du bâtiment,
– en revanche, d’autres n’auront même l’idée qu’il est possible d’être accompagné(e) et n’en connaissent pas les bienfaits,
– d’autres encore « je n’ai besoin de personne, je peux y arriver seul(e) »,
– et puis aussi c’est cher !
– j’ai peur du jugement, de ne pas y arriver, d’être confronté(e) à moi-même
– et enfin « mais je ne veux pas que quelqu’un d’étranger intervienne dans ma vie ».

Au 5 derniers, je dirai que moi aussi, j’ai longtemps pensé cela et de fait, longtemps j’ai perduré dans un brouillard me menant à des choix qui se sont avérés peu cohérents. Dussais-je accepté de l’aide, me serais-je certainement évité ces déconvenues…
Pour ce qui est du « trop cher », je répondrai ceci : combien investissez-vous dans votre télévision ? Téléphone ? Vêtements ? Cigarettes, alcool ? Combien de nourriture jetez-vous par mois ?Quand vous achetez une voiture, le vendeur propose une peinture métallisée dont le coût oscille entre 1500 et 3000 euros. Que vous achetez car c’est joli, ça brille. ça claque. Que vous apporte dans votre quotidien la couleur métallisée de votre voiture ?
Avec l’accompagnement, il s’agit d’investir sur VOUS. Alors combien votre bien-être vaut-il ?

Les Français et les Suisses ont des réactions différentes sur le sujet de la prévention et de l’accompagnement. Due peut-être aux deux systèmes de santé très différents. Les Suisses payent davantage pour leur santé, les menant à être vigilants et investissent en prévention. Les français n’ont pas ce réflexe « d’investir sur leur santé psychique ou physique » ou alors attendent vraiment la catastrophe pour entamer une thérapie ou un chemin de développement personnel. Attention, je ne veux en rien généraliser bien sûr chaque personne est différente. Cependant, comme j’interviens dans les deux pays, je peux constater à mon petit niveau, une nette différence de comportement vis à vis de la santé et du bien-être.

Attention, je ne suis pas en train de convaincre tout le monde qu’il est nécessaire de se faire accompagné(e) ! Mais pour l’avoir vécu moi-même en tant que personne et aussi en tant que coach, je constate tous les jours comment un accompagnement peu modifier la vie d’une personne. C’est assez simple au fond : seul, notre cerveau, a tendance à tourner autour du sens giratoire sans cesse, sans cesse, sans cesse sans prendre aucune route. Cela peut durer longtemps et bien souvent le cerveau dans les phases « Je suis mal » et « Je saute » fabrique des mauvaises pensées. 

Le coach permet avec bienveillance d’extérioriser ses pensées pour cesser de tourner en rond. Soulagement. Et cela permet au cerveau de créer de nouveaux chemins neuroniques, de nouvelles idées donc, pour voir sa problématique sous un autre angle. Ensuite, l’accompagnement consiste à matérialiser ces changements dans sa vie. En plus d’apaiser ses ressentis intérieurs.
Les effets sont considérables sur soi et donc sa vie entière ! Et puis, à deux, le chemin est plus rassurant.

Pour qu’un jour…

Phase « re nouveau » : j’ai compris ce que j’avais à modifier. J’ai pacifié mon passé (pardonner, accepter), j’ai dépassé mes peurs, j’ai trouvé des solutions, j’ai modifié des sphères de ma vie (travail, ami(e)s, loisirs etc.). J’y suis ! Et je retrouve un nouvel équilibre. (Avant un nouveau cycle…).

Donc les cycles, comme les saisons, sont nécessaires pour nous faire grandir.

Alors, dans quelle phase de vie êtes-vous ?

bienvenue@ecoledusoi.com