Le bonheur passe-t-il par l’élargissement de sa conscience ?

D’une société anthropocène à une société « conscientocène »

Le Vivant – terre, flore, faune – est un assemblage complexe de matière et d’énergie, liées les unes aux autres dont l’équilibre subtile et précieux est maintenu par une intelligence universelle qui vit au plus profond de chaque cellule.

Une Intelligence Universelle

Une société anthropocène
Parmi la faune, un animal, l’humain, doté de conscience et de capacités créatives incroyables est mu par un grand désir de découvertes, d’inventions extraordinaires a créé un nouveau de technologies. Il est incroyable de réaliser l’immensité des nouveautés en seulement 100 ans dans tous les domaines de vie : transports, architecture, science, conquête de l’espace etc. et une des plus déconcertantes : internet etc.
Cependant, l’humain est aussi mu par une frénésie de conquêtes, de pouvoir, de matérialisme aigus qui rompt l’équilibre naturel originel, créant une dysharmonie globale entre les peuples et mettant en danger les ressources mondiales et la survie de toutes les espèces.

Un décalage entre science et conscience
L’Homme s’est développé sans se soucier des conséquences de ses actes sur son environnement et de fait lui-même. Les progrès matériels sont réels mais sur le plan de la connaissance et de la conscience humaine, l’évolution en est à son balbutiement. Si la Terre avait 24 heures, l’humain serait arrivé il y a 3 heures. 3 heures ! Autant dire que nous sommes encore les bébés de l’humanité. Nous nous conduisons comme un enfant qui casse son plus beau jouet.

Prendre conscience de notre propre responsabilité,
c’est prendre conscience de son pouvoir.

L’ECOLE DU SOI veut permettre à chacun de s’éveiller à soi-même, à ses désirs intimes, à ses émotions et à responsabiliser ses actes.

Un individu en connexion sain avec ses besoins et ses émotions
tendra davantage à créer un lien harmonieux avec autrui.

C’est lorsque nous ne faisons pas un travail qui nous convient, que nous ne côtoyons pas les personnes qui apportent du bien-être, que nous ne nous sentons pas utile, que nous faisons ressortir frustration, colère, culpabilité et honte. En revanche, lorsque je fais un métier qui me plaît, que je partage des liens de confiance et de joie, que je fais des activités qui m’épanouissent, que je peux exprimer tout ce qu’il y a de meilleur en moi.

Ainsi, je divulgue autour de moi une empreinte de douceur, d’harmonie, de bienveillance, de plaisir.

Prendre conscience que j’ai des besoins, des émotions, que je peux les exprimer et les vivre pleinement est un grand pas vers de possible bonheurs !

Et vous, de quelle emprunte voulez-vous marquer le monde ?

Par |2019-09-02T23:42:49+00:00mars 30th, 2017|Blog|Commentaires fermés sur Le bonheur passe-t-il par l’élargissement de sa conscience ?